20 avril 2024
Voyages

Voyage à Syracuse

« Croak Croak !»

Dans Les Grenouilles, comédie écrite au Vème siècle avant J.C par le grec Aristophane Dionysos, dieu du théâtre et de la vigne, se désole de la médiocrité des poètes athéniens. Flanqué de son esclave Xanthias, il décide de se rendre aux Enfers (ridiculement) déguisé en Héraclès, pour aller chercher Euripide et le ramener parmi les vivants. Mais sa quête ne sera pas sans encombre : après une cascade de scènes farcesques et de nombreuses péripéties, le dieu se retrouvera l’arbitre d’une dispute entre Eschyle et Euripide afin de décider qui, des deux grands poètes, méritera de revenir parmi les vivants pour les inspirer… Et nous, le groupe de Terminales HLP, nous avons eu la chance d’aller représenter une version modernisée de cette pièce pendant trois jours, en Sicile, au Festival international de théâtre antique de Syracuse. Le défi était de taille : adapter la pièce au public non seulement contemporain mais aussi essentiellement italien pour rendre compréhensible les nombreuses références comiques, aujourd’hui perdues. Réécriture, mise en scène, musique…cela représentait un travail considérable, mais avec le soutien de nos (super) professeures Mme Zegaa et Mme Béal (qui justement parle italien !) ainsi que l’aide précieuse d’Odile et d’Alysée, (les meilleures) actrices professionnelles, tout était possible !

Et ce fut un voyage inoubliable.

 

Le jeudi 11 mai à 14h10 précise nous nous sommes envolés d’Orly avec notre chef de bord « Marty Mcfly » et avons troqué la grisaille parisienne pour le grand soleil de Catane en Italie. Après une soixantaine de kilomètres en bus et en musique nous arrivions en fin d’après-midi, dans la joie et la bonne humeur, à Fontane Bianche. Nous avons posé nos valises à l’hôtel qui se trouvait à deux pas de la plage où nous sommes allés nous baigner dans la foulée.

En rentrant nous avons pris le temps de découvrir et de contempler la magnifique végétation méditerranéenne du jardin, une escalope milanaise dans nos assiettes. Bien sûr il fallait aussi se préparer pour notre représentation qui aurait lieu le dimanche et ce soir-là ce fut donc répétition avant d’aller dormir.

 

 

 

Le lendemain c’était visite de l’île d’Ortygie au programme. Il s’agit du centre historique de Syracuse inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Nous en avons pris plein les yeux et les papilles : il faut dire qu’entre les vestiges du temple d’Apollon et ses imposantes colonnes doriques, les remparts posés sur la mer azur, les fontaines sculptées, le café d’Italie et les sandwichs au jambon de Parme, il y avait de quoi faire. Mais le plus impressionnant ce fut sans aucun doute la cathédrale baroque de Syracuse et sa place cernée de façades blanches. Construit sur la base d’un temple dédié à Athéna dont on distingue encore nettement les colonnes, l’édifice est monumental. La fin de journée approchant nous nous sommes rendus au parc archéologique Néapolis où nous devions assister à la représentation par des professionnels de la Médée d’Euripide dans l’ancien théâtre antique de Syracuse, l’un des plus grands du monde grec. La représentation restait tout à fait compréhensible malgré la barrière de la langue et l’atmosphère du lieu ainsi que les effets de son et de lumières sublimait le tout. De l’art, du grand art ! En rentrant à l’hôtel nous avons sympathisé et passé la soirée avec un groupe d’étudiants italiens qui joueraient eux aussi pendant le festival. De bons moments et de bons souvenirs.

Samedi matin justement ils interprétaient devant nous l’Assemblé des Femmes, autre comédie d’Aristophane que nous avions travaillée en classe, ce qui rendait la compréhension plus facile. L’après-midi nous répétions une dernière fois notre propre pièce dans un des parcs de Syracuse, avant d’assister à la représentation par les professionnels du Prométhée enchaîné d’Eschyle, dans le parc archéologique Néapolis où nous ne reviendrions plus.

Enfin dimanche arriva et ce fut à notre tour de monter sur scène. Nous avons joué à Akrai, paisible village sicilien et ancienne colonie grecque fondée par les Syracusains qui possédait son propre théâtre antique, plus petit certes, mais pas moins impressionnant pour nous. Le public a beaucoup ri, s’est pris au jeu et on peut dire que nous avons fait sensation : après le salut nous avons même eu le droit à la marseillaise chantée par nos amis italiens et à une invitation au festival de Turin l’année prochaine ! Inoubliable triomphe !! Le temps d’un dernier repas sicilien dans Akrai aux maisons colorées, et il fallut s’en retourner à l’aéroport de Catane direction Paris où nous arrivâmes autour de 23h00. Encore merci à Mme Zegaa et à Mme Béal pour ce formidable voyage riche en émotions duquel nous pouvions rentrer avec une multitude d’histoires à raconter.

 

 

Ciao Sicilia ! Croak Croak !

Copyright © 2022 Collège Lycée Notre-Dame Providence . Tous droits réservés. Connexion